Skip navigation

Ishikawajima NE20


Premières expérimentations : le TSU-11

Les premières expérimentations des japonnais sur la propulsion à réaction commencèrent en 1941. Elles étaient menées par le capitaine de la marine Japonaise Tokuyasu Tanegashima qui était motivé par les premières informations glanées lors d'un voyage en Europe et aux Etats-Unis en 1940. 

Elles furent menées avec l'accord de sa hiérarchie, mais en l'absence d'accord formel du Ministère des Armées.

Elles démarrèrent par l'étude et la réalisation de moteur s'appuyant sur le concept de 'Moto-réacteur' déjà  développé par Campini : le TSU-11. Il consistait en un moteur à  piston Hatsukaze HA-11 de 130 Cv, refroidit par air, entraînant un compresseur axial au travers d'une boite à  engrenage d'un rapport 1/3. Suivait ensuite une chambre à  combustion en amont de laquelle l'air du compresseur était canalisé par des aubes avant que le carburant ne soit injecté. Le TSU-11 avait une poussée d'environ 200 Kp poids un poids d'environ 200 Kg.

TSU-11.jpg
TSU-11, photographié dans l'usine japonaise de CHIBA.

Premiers turboréacteurs : Les TR-10 et TR-12

Les premiers turboréacteur Japonais furent désignés TR-10 et TR12 (TR pour Turbine Rocket). La lignée de TR sera par la suite rebaptisée Ne (Nensho pour Combustion Rocket).

Le premier moteur construit, le TR-10, tourna au banc en 1943. Il était équipé d'un compresseur centrifuge habituellement utilisé pour la suralimentation des moteurs à  pistons. Les essais démontrèrent des performances décevantes (50% de ce qui était attendu).

Finalement une nouvelle étude incorporant un compresseur axial à  4 étages en amont du compresseur centrifuge fut entreprit. Le projet prit le nom de TR-12. Une fois complété, le moteur s'avéra trop lourd (350 Kg). Il fut ré-étudié et allégé sous la désignation TR-12b. Il produisait une poussée de 320 Kp à  15 000 tr/m pour un poid de 315 Kg

La consommation était de 510 Kg/h. 

ne12-01.jpg
Coupe du réacteur Ne12 avec un compresseur axial à 4 étages, un compresseur centrifuge et des chambres de combustion à inversion de flux.

Des essais devaient être effectués sous un bombardier Mistubishi G4M2, mais aucune trace n'indique qu'ils aient été réalisés.

Les essais sur les TR se poursuivirent jusqu'au début 1945 pour finalement laisser la place à la série Ne, issue des concepts ramenés d'Allemagne.


Ishikawajima NE20

En juillet 1944, l'attaché militaire Japonais en Allemagne réussi à  regagner son pays avec un certain nombre de photocopie de documents, incluant  un plan de coupe du réacteur BMW 19-003, ainsi que des informations plus générales concernant le chasseur Me-262 et l'intercepteur Me-163.

Les éléments les plus importants, tels que des schémas techniques détaillés devaient suivre dans un sous-marin qui fut finalement coulé avant d'arriver.

When details, breaf as they were, of the BMW 19-003 reached Japan, the Army and Navy held a joint conference (a rare event) at which it was decided that a Japanese version of this turbojet held more promise in the short term than Japanese work still in its early stage. this resulted in 4 projects.

The Ne-20 was the navy Project headed by Osamu Nagano assisted by Tanegashima at Kugisho in Yokosuka. The Ne-20 was to became the Japan's most successul turbojet and the other 3 projects were not fully developped in the time available. 

It was the Tokyo Ishikawajima Shipyards that was chosen by the navy to be in charge of trial-manufacture and mass production of jet engines (for commercial use also). 

Ne20_01.jpg

Why was the Ne-20 made at Ishikawajima Shipyards?

Koichi Ichida, chief of the Business Planning Department, National Aerospace Development Agency, says that Reciprocal engines were the main power during the war, but Ishikawajima made steam turbine engines for ships. 

It is close to a jet engine because of the rotating mechanism, which is different from a piston engine. That is why turbo engines were researched for automobile engines too. 

Indeed, Nakashima Aeroplane and Mitsubishi Heavy Industries also were directed to do trial-manufacture with the same one-page diagram from Germany, but both were unable to realize it.

Ne20_02.jpg
NE-20 [Source : Tanabe ]

Preserved Ne-20

Three Ne-20s have been preserved to the present day :

  • One at Ishikawajima-Harima's internal company museum in Tanashi ,
  • Two at the National Air and Space Museum in Washington, DC.

Everything concerning aircraft, including the Ne-20, was either destroyed by the Allied Powers or brought back to the United States. 

Then, for a seven-year period Japan was prohibited from anything related to aviation. Not only research and development, but the path to civil aviation also was c1osed.