Skip navigation

Pulsoréacteurs

Le pulsoréacteur est un moteur à réaction cyclique.

Principes de fonctionnement

Le cycle de fonctionnement du Pulsoréacteur est le suivant :

Admission

Le vent relatif fait entrer l'air dans la chambre de combustion à travers les clapets. En avant de la chambre, du carburant est pulvérisé dans le flux d'air.

Combustion

lorsque la chambre de combustion est froide, les bougies provoquent la combustion du mélange avant qu'il ne sorte de la chambre. Lorsque la chambre de combustion est chaude, les bougies ne sont plus nécessaires et le cycle de combustion s'auto-entretient. La pression engendrée étant supérieure à la pression exercée par l'air extérieur sur les clapets, ceux-ci se ferment.

Détente

Les gaz de combustion s'échappent par la tuyère, où leur détente provoque la poussée. Quand la pression dans la chambre de combustion retombe en dessous de la pression exercée par l'air sur les clapets, ceux-ci s'ouvrent pour commencer un nouveau cycle. Un cycle a une durée d'autant plus courte que la vitesse est élevée, souvent inférieure au dixième de seconde.


Avantages et inconvénients

Avantages

  • Il peut fonctionner à faible vitesse,
  • Il est d'une construction relativement simple et peu coûteuse.

Inconvénients

  • Il est très bruyant,
  • Son rendement est médiocre, 
  • Il fonctionne uniquement en tout ou rien (pas poussée commandée).

Histoire

Les premières expérimentations remontent aux années 1908, en Russie, où Karavodine construit un générateur d'une puissance de 2 ch pour une consommation de 5 kg par Ch/h. A peu près à la même époque en France, Robert Esnault-Pelterie a également réalisé un générateur de gaz dont le principe était sensiblement le même, à la différence prêt que la sortie comme l'entrée comportait des volets.

Des brevets ont été pris en France comme en Allemagne vers 1930, tandis que la construction en série des premiers moteurs ne débutera que vers 1942. Ces derniers conçu et construit par Argus, pour la bombe volante V1, exploiteront le bervet déposé en 1931 par Paul Schmidt.

Bien que les Américains aient tenté quelques expérience avant la guerre, ce n'est qu'après celle-ci, avec la récupération des premiers V1 qu'ils produiront quelques moteurs améliorés.