Sauter la navigation
FRANCE

M77 SparrowJet

F.G.Miles Ltd.

La Miles Aircraft à  pour origine la Philips and Powis Aircraft Ltd., une compagnie foundée en 1929 par  Charles Powis and Jack Phillips. A partir de 1933, sous la direction de F.G Miles elle fabriquera des avions Miles.  Elle changera définitivement de nom en 1943 pour devenir la Miles Aircraft Ltd. Durant cette période, Fred G.Miles et son frère George Miles ont construit une série d'avion de tourisme et d'entraînement qui ont connu un très grand succès. A la fin de la guerre, elle connu de nombreuses difficultés et fut dissoute.

Par la suite, une nouvelle entreprise, la F.G.Miles Ltd. a été créée et a commencé par produire une petite série d'avions légers.

Parmi ceux-ci, on retrouve la transformation du G-ADNL Miles M-5 Sparrowhawk datant de 1936 en Miles M-77 SparrowJet.

La F.G. Miles Limited continuera de fonctionner jusqu'en 1960, année au cours de laquelle elle sera absorbée par Biggle.Miles.


Une résurrection

La construction du SparrowJet est sans doute l'un dès plus bel exemple de résurrection d'une cellule ancienne. Le Miles M77 SparrowJet a été crée à  partir du prototype du Sparrowhawk, tout en conservant son ancienne immatriculation civil G-ADNL.


L'histoire

Le pilote Fred Dunkerley propriétaire du Sparrowhawk a contacté la compagnie F.G Miles en décembre 1950 pour lui demander d'effectuer des travaux destinés à  transformer son avion en racer à  réaction.

Les travaux de modification commencèrent à  Redhill en 1951. Ils furent interrompus un certain temps en 1952,  par le déménagement de la firme qui déménagea à  Shoreham.

Le 17 novembre 1953, M.Petit de la société Turboméca , supervisait le montage des deux réacteurs sur la vielle cellule et, le 14 décembre suivant, l'appareil, piloté par son constructeur, prenait son premier vol. D'une manière générale, la transformation a consisté en la coupure de la voilure légèrement en avant de l'emplanture.

Le raccordement des deux longerons de chaque demi-aile avec des éléments traversant le fuselage s'est effectué par l'intermédiaire de ponts métalliques recevant, en outre, les réacteurs qu'ils isolent du restent de la structure en bois.


Caractéristiques

Voilure

Monoplan cantilever à voilure basse ayant une structure en spruce et un revêtement contre-plaqué

Empennages

La principale particularité de cet empennage est la partie fixe de l'empennage horizontale qui supporte deux petites dérives additionnelles

Atterrisseurs

Configuration à train classique, avec des capotages sur les 2 jambes et roues du train principal.

Dimensions

Envergure8,49 m
Longueur totale9,40 m
Hauteur
Surface alaire14,50 m²

Masses

Masse à vide 717 Kg
Masse maximale1090 Kg

Performances

Vitesse max 368 Km/h
Autonomie432 Km
Taux de montée640 m/min
Charge alaire75 Kg/m²

Le SparrowJet était équipe de 2 réacteurs TURBOMECA PALAS délivrant environ 160 Kp à  33.800 tours minutes.

Comme on peut le voir sur l'une des photos ci-dessous, ils n'étaient pas équipés de démarreurs électriques, mais de rampes de démarrage à  air comprimé. Ce qui explique la présence des deux bouteilles d'air comprimé sur lesquelles s'affèrent les mécaniciens pour la mise en route.

Appareil(s) Produit(s)

Un seul appareil a été produit, le G-ADNL. Il opérait généralement à  partir de l'aérodrome de BARTON. Il s'est rendu célèbre en participant à  de nombreuses courses, et en reportant :

  • le SBAC Challenge Cup en 1956 à  la vitesse moyenne de 197 Mph [316 km/h]
  • la King's Cup Race le 13 juillet 1957, à  la vitesse moyenne de 228 Mph [366 km/h]

Malheureusement, le M.77 SparrowJet a été détruit lors de l'incendie d'un hangar de la RAF à  UPAVON en 1964.