saut de navigation
FRANCE

S.200 Minijet

SIPA, Société Industrielle Pour l'Aéronautique

Etudié par Yves Gardan, suite à des contacts pris avec la société Turboméca, le projet GY-40 verra finalement le jour chez SIPA lorsque ce dernier réintégra l'entreprise en janvier 1951.

Le SIPA 200 est un biplace côte à côte d'entrainement mono-réacteur. Son originalité réside à la fois dans sa formule bi-poutre et dans sa petitesse. Le prototype a effectué son premier vol le 14 janvier 1952 aux mains de Roger LAUNAY.

Présenté à sa sortie comme le plus petit biplace à réaction du monde, le SIPA 200 Minijet l'est resté pendant longtemps. Même si le MicroJet peut (peut-être) lui envier cette appellation, ce dernier n'en reste pas moins un biréacteur.

Sept avions seulement seront construits, dont 2 prototypes et 5 appareils de présérie. Tous sauf un (le N°5) seront affectés au Service de la formation Aéronautique, et basés à Saint-Yan.

Le N°1 subira plusieurs chantiers de modifications, dont les plus importants concerneront les poutres, la verrière ainsi que les commandes de vols. Sa voilure restera inchangée, plus courte de 80 cm qe celles des autres Minijets.

Caratéristiques du S.200 N°1

ConstructeurSIPA
TypeAvion biplace côte à côte d'entrainement
1er vol 14 janvier 1952
Nombre construits1
Equipage2

Motorisation

MoteurTurbomecaPalas
TypeTurboréacteur
Poussée unitaire150 kgp330 lb st

Dimensions

Envergure7,20 m23.62 ft
Longueur5,08 m16.67 ft
Hauteur1,74 m5.70 ft
Surface alaire7,90 m²85.03 sq ft
Allongement

Masses

A vide488 kg1,075 lb
Equipage kg lb
Carburant & huile kglb
Maximale824 kg1,817 lb
Charge alaire104 kg/m²lb/sq ft

Performances

Vne - Vitesse maximum342 km/h212 mph
Vno - Vitesse de croisièrekm/hmph
Vitesse ascen. à Vne m/minft/min
Vitesse ascen. à Vnom/minft/min
Plafond pratiquem ft
Range max Payloadkm miles
Vitesse de décrochage55 km/h34 mph
Distance de décollage (15m)myds

Malgré l'intérêt certain qu'il a suscité au moment de son lancement, le Minijet ne sera finalement jamais construit en série.

Présentation

Voilure

Il s'agit d'une voilure monoplan cantilever ; aile médiane à  profil laminaire. L'envergure est de 7,20 m. Sa surface totale est de 8,0 m². Chaque aile comporte un aileron et un volet type Fowler à  double fente.

Empennage

Il est supporté par les deux poutres. Son plan fixe fait lien avec celles-ci et assure la rigidité de l'ensemble. la profondeur court sur l'intégralité du plan fixe.

Atterrisseurs

L'atterrisseur est de type tricycle. Il a été étudié et fabriqué par ERAM. Le train principal s'escamote complètement dans le fuselage. Ce qui n'est pas tout à  fait le cas de l'atterrisseur avant qui reste légèrement sorti, procurant ainsi une ultime protection à  l'habitacle en cas d'atterrissage train rentré. Il existe une béquille arrière escamotable elle aussi, et qui assure la protection des poutres en cas d'atterrissage trop cabré.

Réacteur

Un réacteur Turboméca PALAS de 150 Kp sur le N°1 et de 160 Kgp sur les suivants

Organes de démarrage

Démarreur électrique Turboméca

Organes d'alimentation

Carburants : Kérosène pour le fonctionnement normal, Essence pour le démarrage 

Réservoir de kérosène : 2 x 60 litres dans chaque aile, 1 réservoir central de 120 l dans le fuselage. Soit une capacité totale d'environ 240 lites.

Caractéristiques Sipa 200 N°2 à 7

ConstructeurSIPA
TypeAvion biplace côte à côte d'entrainement
1er vol 14 janvier 1952
Nombre construits6
Equipage2

Motorisation

MoteurTurbomecaPalas
TypeTurboréacteur
Poussée unitaire160 kgp353 lb st

Dimensions

Envergure8,00 m26.25 ft
Longueur5,12 m16.80 ft
Hauteur1,75 m5.74 ft
Surface alaire9,62 m²103.5 sq ft
Allongement

Masses

A vide488 kg 1,075 lb
Equipage kg lb
Carburant & huile kglb
Maximale825 kg1,819 lb
Charge alaire86 kg/m²lb/sq ft

Performances

Vne - Vitesse maximum445 km/h276mph
Vno - Vitesse de croisière km/hmph
Vitesse ascen. à Vne m/minft/min
Vitesse ascen. à Vno m/minft/min
Plafond pratique m ft
Range max Payload km miles
Vitesse de décrochage70 km/h 129 mph
Distance de décollage (15m) m yds

Appareils construits

Vous trouverez ci-dessous quelques informations sur l'ensemble des appareils produits.


Sipa 200 Minijet N°1 - FWCZK

Il effectué son premier vol le 14 janvier 1952 aux mains de Roger LAUNAY. Ce vol aurait pu se terminer très mal lorsque lors d'un dernier passage R.LAUNAY a rencontré un phénomène vibratoire important. Il réussit malgré tout à  atterrir.

L'équipe de la SIPA trouva rapidement l'origine du phénoméne, et procéda à  des modifications portant en particulier sur les poutres et l'équilibrage du plan fixe.


N°2 - F-BGVB CEV - Réformé

Il représentait l'aboutissement d'une conception définitive de l'appareil, conception qui sera reprise sur la plus part des appareils de présérie.


N°3 - F-BGVM Saint-Yan - Réformé.

Affecté au centre de Saint Yan, cet appareil a finalement été revendu à  un ferrailleur par le service des domaines.


N°4 - F-BGVN Saint YAN - Réformé

C'est aux commande du N°4, F-BGVN que Alain Hisler s'est classé 2ième au Lookheed Aerobatic trophy de Coventry le 20 août 1955. Cette compétition était la première compétition mondiale d'acrobatie d'après guerre.

Affecté au centre de Saint-Yan, cet appareil , comme les autres appareils, a finalement été revendu à  un ferrailleur par le service des domaines. 


N°5 - F-BGZI --> Argentine --> USA N917WJ

Acheté à  la SIPA par un argentin, M.Wolf, cet appareil a été revendu en 1991 au californien Ascher Ward. Celui-ci a entrepris une première restauration qui permettra avec l'avion de voler en 1993 avec un réacteur Turboméca Palas d'origine. Un deuxième chantier, plus important celui là, a concerné la modification de la cellule pour permettre une remotorisation avec un réacteur GE T58 de 400 Kgp.

C'est dans cette configuration qu'il a été racheté en 2005 par Randy Workman.


N°6 - F-BDHD Saint YAN - Réformé

Affecté au centre de Saint-Yan, cet appareil a finalement été revendu à  un ferailleur par le service des domaines. Nous ne disposons pas de photos de cet appareil.


N°7 - F-BDHE --> F-PDHE

Affecté au centre de Saint-YAN, cet appareil sera sauvé du ferraillage par J.Ampouillé, Président du Club Aéronautique Universitaire de Neuilly-sur-Seine, qui le rachètera au services des domaines en février 1963. Il sera alors basé au Mureaux. Il changera à nouveau de mains en 1967, racheté par Charles Bezard.

L'appareil subira une restauration en profondeur. Un nouveau réacteur Turbomeca Palas, provenant de l'hydroglisseur Couzinet, sera acquit et révisé par la Sogerma à Bordeaux. Ainsi équipé, Il revolera, à Persan-Beaumont, le 6 juin 1970, aux mains d'henry Lambert (pilote d'essai à la même époque du GY-100 Bagherra). Depuis cette date, il est toujours basé sur la même plateforme.