Sauter la navigation
FRANCE

FOUGA CM175 - Zephir

Etablissement Fouga à Aire-sur-l'Adour

Après le 1er vol du Magister par Léon Bourriau le 23 juillet 1952, et la commande d'une centaine d'appareil pour l'armée de l'air, les bureaux d'études de la Compagnie Fouga ont travaillé sur plusieurs évolution de leur CM170R.

La Marine recherchant aussi un appareil d'entraînement, se tourna naturellement vers la Compagnie Fouga  afin qu'elle adapte l'avion aux opérations sur porte-avions et en milieu marin.

Le prototype N°1 du CM 170 M Esquif, qui allait devenir le CM 175 Zephyr, fit son premier avec Jacques Grangette aux commandes le 31 juillet 1956.

En plus des deux prototypes du CM-170 M Esquif,  28 autres appareils seront commandés et livrés à  partir de 1960. Ils seront à  ce moment là  rebaptisés Zéphyr.

Version navale du CM-170 Magister, le CM-175 s'en distingue par quelques modifications nécessitées par son nouvel emploi. On notera entre autres : 

Verrière

Comme dans la plupart des appareils embarqués de l'époque, les deux hommes d'équipage sont protégés par une verrière coulissant vers l'arrière remplaçant l'ancienne, du type Clamshell, et autorisant les départs et appontages verrière ouverte.

Téléscope

Du fait de cette nouvelle disposition le téléscope mis à  disposition du pilote arrière a été coudé en Z de façon à  permettre le coulissement de la verrière avant.

Crosse d'appontage

Une crosse d'appontage a été montée sous l'arrière du fuselage. Elle trouve sa place, en position escamotée, dans la quille de Lacet.

Train d'atterrissage

Défaite de sa nouvelle destination, l'appareil perd une partie de sa silhouette, avec un atterrissent heures auparavant très courts et à  la voix. Si cette dernière a été conservée, les nouveaux amortisseurs à  longue course ont augmenté la hauteur du train d'atterrissage de 15 centimètres.

Groupe réacteur

Le CM-175 est équipé d'un Marboré II G-3. Celui-ci diffère très peu du F-3 qui équipe la première série des Magister. On notera des attaches arrières revues, plus souple sur le G-3 afin d'absorber les chocs d'appontage et de catapultage.

Réservoirs de bout d'aile

Ils sont amovibles (mais non largables en vol). Leur capacité est de 122 l, en lieu et place des 230 l équipant les Magister de l'Armée de l'Air. 


ZEPHYR Gallerie Photos

Le Fouga Esquif CM170 M N°1 (M pour Marine) est le premier des 2 prototypes. Il participa aux campagnes d'essais à  terre, puis sur porte-avions avant d'être intégré à  la section protoype du CEPA (à  Saint-Raphaà«l) o๠il est immatriculé SR 01. Il est ensuite transféré en avril 1962 au CEAN de Rochefort-sur-mer pour servir à  l'instruction des élèves mécaniciens. Il est conserver sur cette base au musée de l'aéronautique navale.

Le Fouga Esquif CM170 M N°2 participa aux campagnes d'essais à  terre, puis sur porte-avions avant d'être intégré à  la section prototype du CEPA (à  Saint-Raphaël) où il est immatriculé SR 02. Transféré ensuite à  la 59S, il y servit jusqu'en 1991.

Cet appareil est exposé au musée de Savigny lès Beaune.

Le fouga Zéphyr N°3 a été le premier avion de série livré. Affecté à  la 57S, puis à  la 59S, il a été perdu en 1992 au sud de la presqu'il de Giens, lors d'un vol de nuit.

Le Fouga Zéphyr N°4 a été affecté aux 57S et 59S. Il a été réformé en 1990 suite à  un atterrissage sur le ventre à  la BAN de Nimes-Garons.

Le Fouga Zéphir N°5 a été affecté à  la 59S, puis stocké. Il a été remis en état de vol en 1991. Puis transmis au SEA (Service d'entretien des aéronefs) d'Hyères.

Après le retrait des Zéphir, il a été acquis par un collectionneur basé à  Cuers. Il y a volé pendant quelques années sous l'immatriculation F-AZPI, avant de s'écraser le 7 septembre 2003 lors d'un meeting en Corse.

Le Fouga Zéphyr N°6 a été affecté à  la 59S. Il a été perdu en 1992 dans la région de Signes.

Le Fouga Zéphyr N°7 a été affecté aux 57S, 2S, SFL et 59S.

Il a été perdu en mer.

Le Fouga Zéphyr N°8 a été affecté à  la 57S. 

Il a été perdu le 18 août 1960 sur la base aéronavale de  Kouribga (Maroc), suite à  une collision avec un MS-733.

Le Fouga Zéphyr N°9 a été affecté à  la 57S puis à  la 59S. Il a été perdu en mer.

Le Fouga Zéphyr N°10 a été affecté à  la 59S. Il a ensuite été transféré au CEAM de Rochefort.

Le fouga Zéphyr N°11 a été affecté aux 57S, 2S, SFL et 59S. Arrêté de vol à  la date du retrait, en novembre 1994, il est depuis préservé sur la BAN de Lann-Bihoué où il peut être admiré lors des journées portes ouvertes.

Le fouga Zéphyr N°12 a été affecté aux 57S et 59S. Il a été réformé en 1991 suite a un feu réacteur au cours du démarrage.

Il est resté abandonné pendant des années du coté civil de Cuers, mais a finalement été démonté et est semble-t-il parti en restauration du coté d'Orange.

Le fouga Zéphyr N°13 a été affecté aux 57S et 59S. Il a été perdu à  Hyères en 1963.

Le fouga Zéphyr N°14 a été affecté à  la 59S, Puis stocké. Il a été remis en état de vol en avril 1991 avec le 05. Il était en état de vol lors du retrait des Zéphyr en novembre 1994.

Cédé il vole depuis sous l'immatriculation F-AZMO, et serait basé à  VILLENEUVE SUR LOT.

Le Fouga Zéphyr N°15 a été affecté aux 57S, 2S et 59S. Il a été perdu en mer en 1976 au large du cap Bénat.

Le Fouga Zéphyr N°16 a été affecté aux 57S et 59S. Après avoir été reformé, il a été versé au Musée des Traditions de l'Aéronautique navale de Rochefort.

Le Fouga Zéphyr N°17 a été affecté à  la 59S.

Cet appareil fait parti des collections du Musée de l'air et de l'espace. Il était encore stocké à  Dugny en 2010 .

Le Fouga Zéphyr N°18 a beaucoup voyagé. Il a été affecté aux 57S, 2S, SFL et 59S puis à  l'EAE (Ecole d'aviation embarquée) d'Hyères o๠il servira à  l'instruction des " chiens jaunes ". Il est actuellement exposé devant un magasin de surplus militaire, en bordure de l'autoroute A7, au sud de Valence.

Le fouga Zéphyr N°19 a été affecté à  la 57S, puis à  le 59S. 

Il a été perdu en mer le 9 novembre 1973, après être tombé du pont du porte-avions Arromanches, suite à  une rupture du cable d'arrêt. Cet incident a eu lieu au large de Toulon.

Le fouga Zéphyr N°20 a été affecté aux 57S, 2S, SFL et 59S. Il a fini sa carrière au CEAN de Rochefort.

Il est, semble-t-il, toujours présent sur cette base, dans les collections du musée des traditions de l'aéronautique navale.

Le fouga Zéphyr N°21 a été affecté aux 57S, 2S, SFL et 59S. Il a été réformé en 1991 et versé à  la SEA d'Hyères le Palyvestre

Il est exposé sur cette base.

Le fouga Zéphyr N°22 a été affecté aux 57S et 59S.

Il a été perdu en mer au sud de Porquerolles en 1993.

Le fouga Zéphyr N°23 a été affecté aux 57S et 59S. Il était en service à  la date du retrait.

Après avoir été exposé sur la Base de Tousus-le-noble, cet appareil a intégré les réserves du Musée de l'Air et de l'espace en juin 2010.

Le fouga Zéphyr N°24 a été affecté aux 57S et 59S. Il a fini sa carrière au CEAN de Rochefort.

Il est, semble-t-il, toujours présent sur cette base, dans les collections du musée des traditions de l'aéronautique navale, ainsi que les N°16 et 20.

Le fouga Zéphyr N°25 a été affecté à  la 59S.

Il a été perdu sur le plateau de Valensole (au sud-ouest de Digne-les-Bains) en 1975.

Le fouga Zéphyr N°26 a été affecté à  la 59S.

Il a été perdu en mer en 1979, au sud de Carqueiranne

Le fouga Zéphyr N°27 a été affecté à  la 59S. Il était en service à  la date du retrait.

Il a été donné au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget.

Le fouga Zéphyr N°28 a été affecté à  la 59S. Il était en service lorsqu'il à  été affecté au SEA d'Hyères. Il est aujourd'hui préservé en état de vol par l'association Zéphir 28. Inscrit au registre civil sous l'immatriculation F-AZPF, il est basé à Avignon-Caumont.

Le fouga Zéphyr N°29 a été affecté à  la 59S. 

Il a été perdu le 14 février 1991 au cours d'une mission de tir de roquettes dans la zone de tir du Titan

Le fouga Zéphyr N°30 a été affecté à  la 59S. Dernier avion sorti des chaines de fabrication, if fit son premier vol le 24 octobre 1960 et fut livré le 9 novembre suivant. 

Il est exposé sur la BAN de Landivisiau.