Skip navigation
Ambrosini_Sagittario_-_top.jpg
Ambrosini Sagittario. Source : Collaction Aviation magazine

Ambrosini Sagittario

L'Ambrosini Sagittario est un chasseur expérimental à réaction dessiné dès 1951 par Sergio Stefanutti alors qu'il était directeur de SAI-Ambrosini à Passignano sul Trasimeno . Equipé d'un réacteur Turbomeca Marboré II de 400 kgp, il a effectué son premier vol le 4 janvier 1953. Ce vol a été réalisé sur la base d'Aviano, par l'ingénieur Guidantonio Ferrari, qui était par ailleurs le concepteur de l'aménagement intérieur du prototype.


Le démonstrateur SAI Ambrosini S.7 "Freccia"

La SAI Ambrosini, avait acquit un certain succès de grâce à ses avions dans le début des années 50. Mais elle était restée une petite compagnie. Aussi, lorsqu'elle se lança dans la réalisation d'un avion léger à réaction devant avoir des capacités supersoniques, il fut décidé de procéder par étape et de laisser une grande place à l'expérimentation. 

Un avion supersonique nécessitant une aile en flèche, l'ingénieur Stéfanutti proposa de créer un démonstrateur basé sur le S.7 de la marque. C'est ainsi qu'une cellule de biplace Ambrosini S.7 fut équipée d'une aile en flèche à 45°. On lui on attribua le nom de S.7 "Freccia" (flèche).

Ambrosini_S7_Freccia_-_02.jpg
Ambrosini S.7 "Freccia", l'avion a gardé les magnifiques lignes du S.7.

Il fit son premier vol, sur la base militaire d’Aviano, aux mains du pilote d'essai maison Ireneo Di crescenzo entre le 18 juillet et le 1er août 1952. 

Ambrosini_S7_Freccia_-_04.jpg
On constate sur cette photo qu'il s'agit de la version biplace (bicomando), alors que le Sagittario sera construit sur la base d'un fuselage de monoplace
Ambrosini_S7_Freccia_-_03.jpg
Le freccia avec son moteur Alfa Romeo 115Ter de 225 cv.

L'avion expérimental "Turbofreccia" ou "Sagittario"

Ambrosini_Sagittario_-_01.jpg
Ambrosini Sagittario I. Source : Aviation magazine, juillet 1953

Le réacteur

C'est Turboméca Marboré II, situé dans le nez du fuselage. Il  est alimenté par une entrée d'air frontale. La tuyère d'éjections débouche sous le fuselage en arrière du bord de fuite de l'aile.

Le train d'atterrissage

Il s'agit d'un train classique, où le train principal, comme la roulette de queue sont entièrement escamotables. Afin de dégager le dessous du fuselage du flux du réacteur la roulette de queue est montée sur une jambe relativement haute.

Le nouveau projet, qui consistait à faire du Freccia un avion à réaction a pris le nom de Turbofreccia. Les premières études ont portées sur l'installation de 2 réacteurs Turboméca Palas. Ceux-ci devaient être positionnés dans le fuselage, juste derrière le siège du pilote, avec des entrées émergeant à l'emplanture des ailes.

Ce montage fut finalement abandonné par Stefanutti qui lui préféra le nouveau Marboré II (donnant à l'époque 380 Kg) de poussée. L'avion a conservé l'aile est les empennages en flèche à 45° du Freccia. La construction est entièrement en bois.

Ambrosini_Sagittario_-_02.jpg
Publicité pour le Sagitarrio, publiée dans la revue Interavia en 1955.
Ambrosini_Sagittario_-_03.jpg
Source : Flight Archives - 1953

Caractéristiques

Dimensions et poids

Envergure 7,50m
Longueur 9,32m
Surface alaire16,60
Poids normal au décollage 1750Kg

Performances

Vitesse Maximum en vol horizontal560Km/h
Temps pour monter à 6000 m16'30"
Autonomie1h.35
Ambrosini_Sagittario_-_04.jpg
Source : Flight Archives - 1953
Ambrosini_Sagittario_-_05.jpg
Ambrosini Sagittario I. Source : Air Pictorial janvier 1954
Ambrosini_Sagittario_-_07.jpg
Ambrosini Sagittario. L'accessibilité au réacteur Marboré II est maximale une fois le moteur décapoté. Source : Flight, avril 1953.

 

 

Ambrosini_Sagittario_-_06.jpg
Ambronsini Sagittario. Source : Flight, avril 1953