Skip navigation
Morane-Saulnier_Paris_top.jpg
Prototype du Morane-Saulnier Paris. Source : Aviation Magazine

Morane-Saulnier MS-760 "Paris"


Le Morane-Saulnier MS 760 « Paris » a été conçu comme avion d'entraînement de base, de travail photo et de liaison. C'était un développement du MS 755 « Fleuret ». Le prototype MS 760-01 (F-WGVO puis F-BGVO) a décollé pour la première fois de Melun-Villaroche le 29 juillet 1954. L'équipage était composé de Jean-Cliquet et de Rémy Raymond.

Deux modèles de base seront construits en série : le MS 760A « Paris » I (cent cinquante exemplaires) et le MS 760B « Paris » II (soixante-trois exemplaires). Les dates des premiers vols remontent, respectivement, au 27 février 1958 et au 12 décembre 1960.

Morane-Saulnier_Paris_01.jpg
Prototype du MS-760 Paris. Source : Aviation Magazine, mai 1955

Le « Paris » sera adopté par l'armée de l'Air comme avion d'entraînement et de liaison, le premier étant livré à  cette arme le 27 février 1958. On le verra au GAEL, dans les sections de communication, au CEV, etc. L'Aéronavale en recevra une petite quantité qu'elle emploiera pour les mêmes missions que l'armée de l'Air.

En mars 1960, le carnet de commande de Morane Saulnier s'élevait à  cent quinze exemplaires à  titre civil ou militaire, sur les deux cent treize construits en tout. En 1969, on relevait l'existence de quatre MS 760A immatriculés en France et autant de 760B, un immatriculé en Italie et sept en Hollande.


Morane-Saulnier MS-760 dans l'armée de l'air Française


Le 18 juillet 1956, l'Armée de l'Air a passé une commande de 31 MS-760 dans leur version 'Pais I'. En fait  27 exemplaires seulement lui seront livrés (les N°03, 1, 14, 19, 20, 23 à 27, 29, 30, 34 à 38, 44, 45, 73, et 91 à 97). Les quatre autres exemplaires (N° 72, 86, 89, 101) seront remis au SFA de Saint-Yan. 

Au sein de l'armée de l'air, les utilisateurs ont été les suivants :

  • Le CEAM de Mont de Marsan,
  • Les Escadrilles de Liaisons Aériennes (ELA)
  • Le Groupement d'entrainement et de Liaisons (GAEL)
  • Les Sections de liaisons et Vol sans Visibilité 
  • Les bases et unité diverses
Morane-Saulnier_Paris_AA_01.jpg
MS-760 Paris IIR, n°100. Source : Collection Philippe Bezard

Morane-Saulnier MS-760 dans l'Aéronautique Navale Française


Le 18 juillet 1956, La marine a passé une commande de 19 appareils. Elle n'en recevra finalement que 14, les n°12, 31 à 33, 40 à 42, 46 à 48, 85, 87 et 88. Dans un premier temps ils ont tous été livrés à l'escadrille 11S au Bourget. Les 2 premiers ont été affecté à la CEPA de Saint-Raphael. Les 12 autres seront affectés à la 2S.

En 1973, compte tenu de 2 avions détruits (n°84 et 31), 10 appareils seront affectés à la section réacteur légers (SLR) de Landivisiau.

Début 1975, la SRL a été rebaptisée 57S, avec 8 Paris survivant (n° 42 et 42 réformés).

Morane-Saulnier_Paris_Marine_01.jpg
Morane Saulnier MS-760 N°32, Préversé par l'équipe Armor aéro passion, vue au meeting de la Ferté-Alais en juin 2011. Photo Philippe BEZARD

Morane-Saulnier MS-760 alias C-41 de la force aérienne Brésilienne


En 1959,  la Força Aérea Brasileira  commanda 30 exemplaires du MS-760A qu’elle désigna C-41. Elle l’utilisa de 1960 à 1974, essentiellement comme appareil de liaison rapide, idéal pour les grandes étendues brésiliennes. Les C-41 Brésiliens servirent également à la formation avancée des pilotes, à la reconnaissance photographique et dans la patrouille acrobatique "Escadrilha da Fumaça". Les livraisons se déroulèrent de février 1960 jusqu'au 21 mars 1960. Elles concernèrent les N°51 à 68, 70, 71 et 74 à 83.

En 1969, la flotte diminua sensiblement du fait d’un échange de 22 C-41 contre 7 fouga CM-170R de l'armée de l’air française.

En 1974, le C-41 fut définitivement retiré du service et remplacé par le Hawker Siddeley HS-125.

Le N°76 est exposé au musée Aérospatial de Rio-Santa Cruz.

Morane-Saulnier_Paris_Brasil_01.jpg
L'un des premiers MS-760 livré au Brésil

Morane-Saulnier MS-760 de la force aérienne Argentine


En Septembre 1957, lors de sa tournée Américaine, le prototype du MS-760 a été présenté à Buenos Aires. Bien que l'avion ait été présenté comme un avion de liaison et de transport rapide, les autorités argentines entrevu en lui un excellent avion d'attaque et entraîneur à réaction modernes.
Après des négociations avec Morane-Saulnier, L'Argentine est parvenue à un accord concernant l'acquisition de 48 MS-760, dont 12 seront fabriqués en France (n°3, 4, 7, 10, 11, 13, 15 à 18, 2& et 21) et ré-assemblés en Argentine, alors que le reste sera fabriqué, à partir de pièces détachées, dans le pays par DINFIA (Dirección Nacional de Fabricaciones e Investigaciones Aeronáuticas)).

Ainsi, le MS-760 est devenu le premier avion à réaction construit en série en Amérique latine. Les livraisons se sont échelonnées entre 1961 et 1963.D'abord destinés à l'attaque au sol, les 9 premiers ont été immatriculés A-01 à A-09. La mission ayant changé pour l'entrainement, ils seront tous renumérotés de E-201 à E-248.

Deux de ces avions ont été cédés au Paraguay.

En 1978, les appareils ont subi un important chantier de modifications incluant le remplacement des Marbore IIc par des Marbore VI.

Morane-Saulnier_Paris_Argentine_01.jpg
Premier Morane-Saulnier MS-760, livré et assemblé en Argentine. Source : Air pictorial, mars 1960

Opérateurs Privés

Au total, 26 MS-760 ont reçu directement une immatriculation civile, auquel il convient d'ajouter le n°101 d'abord passé par le CEV.

Suisse

HB-PAA

Il s'agit de l'exemplaire N° 69, ayant appartenu à

  • Contraves AG,
  • Dr. Alfred Gerber. 

En 1969, il participa au tournage d’un James Bond,  'Au service secret de sa majesté', avec l'immatriculation J-4117.  

D-INGA, F-BOHN, HB-VEP

Il s'agit du N°98, ex :

  • D-INGA, Travelair Gmbh, Battlefled Machinenfabrik
  • F-BOHN, Transairco
  • HB-VEP, Rolland Fraissinet
Morane-Saulnier_Paris_Suisse_02.jpg
Morane-Saulnier MS-760, HB-PAA; vue à Zurich, Suisse, le 23 avril 1973. Avec la courtoisie de Geoff Pyke.
Morane-Saulnier_Paris_Suisse_01.jpg
Morane-Saulnier MS-760, HB-VEP; vue à Genève, Suisse, le 9 septembre 1981. Avec la courtoisie de Ray Barber.